Les Galvachers

"La Galvache" désigne la migration saisonnière des conducteurs de bœufs du Morvan au XIXe s. et au début du XXe s. Ce nom évoque une vie errante à la recherche d'un travail.

Le galvacher était le conducteur d'un attelage de bœufs roux qui allait, tout autour de la montagne morvandelle, exercer la profession de petit entrepreneur de transport : il gagnait le Bourgogne, le Berry, la Puisaye, le Bourbonnais, et aussi la région parisienne, la Champagne et la Lorraine.

Avec ses bœufs et sa charrette, puis son chariot à la fin du XIXe s, le galvacher conduisait surtout du bois sur les "ports" des ruisseaux et rivières du bassin de la Seine pour le chauffage de Paris.

Il transportait aussi les vins de Bourgogne, les sabots du Morvan, des grains et des minerais.
Cette migration concernait le Haut-Morvan pauvre (région de Château-Chinon et d'Anost) que les conducteurs de bœufs quittaient depuis le printemps jusqu'au 1er décembre. A la foire d'Anost, ils vendaient leurs bœufs amaigris à des emboucheurs d'autres régions.

L'aventure de ces migrants fut immortalisée par le "Chant des galvachers", composé par Clément Savron en 1847 chez l'aubergiste Duvernoy, et complété par Jean Simon, l'instrument de Frétoy, vers 1880.

Un musée "Maison des Galvachers" a pris forme à Anost et présente l'histoire et les techniques des charretiers du Morvan.